Symbolique - les méteaux

Publié le par freres jumeaux

Laisser ses métaux à la porte du temple

 Lorsque mes ff.: m’on invité à passer au cabinet de réflexion, à peine étais-je assis sur le tabouret de cette petite pièce obscure, qu’un d’eux me tendis un panier et m’enjoignit d’y déposer tous les objets métalliques que je portais sur moi, m’assurant que tout allait m’être rendu à la fin de mon initiation. J’y versais quelques pièces, mon alliance de mariage, mon alliance de famille et mon téléphone portable.

 

 

  

Plus tard, lors de l’entrée dans le temple j’étais, de mon plein gré, enchaîné, bâillonné, à moitié dévêtu et déchaussé.

 

Lorsque je demandai à mon frère et père quelle tenue il me recommandait pour aller chez les maç.: il me répondait : vas-y en costume sombre, sobre, sans florilèges.

 

Quand j’entendis qu’en maçonnerie, tous sont FF.:, libres et égaux je compris. L’égalité n’est pas un symbole c’est une fin, un objectif. Il coûte d’être libre et d’être égal à tous aussi. Il coûte de se dépouiller de tout acquis et d’objectif superflu. Superflu c a d ayant trait à ce qui nous rend inégaux, aliénés et étrangers, considérant ces termes comme opposés d’égaux, libre et FF.:.

 

Qu’est ce qui s’acquière et qui dans la société d’aujourd’hui et d’hier aussi, nous rend inégaux, aliénés et étrangers ?

 

Qu’est ce qui nous rend inégaux: la richesse, les quartiers de noblesse, les fonctions d’état, la force physique, l’intelligence, la beauté, la jeunesse

 

Qu’est ce qui nous aliène: le besoin, l’avarice, l’ambition, l’opportunisme, la folie, la religion, le dogme, la loi, le symbole

 

Et qu’est ce qui nous rend étrangers : l’ignorance, l’autosuffisance, la xénophobie, l’intolérance, la communauté, la famille, la nationalité

 

Dans tous ces attributs que peut posséder ou qui peut manqué à l’individu, les quels doivent être considéré comme des métaux dont l’on doit se séparer avant de rentrer dans le temple ou dans la M.: en générale, sans quoi nous risquons de faillir à notre promesse initiatique ?

 

Tous ceux qui peuvent marquer une différence que l’autre n’a pas et qui peut le mettre en position d’inégalité et le rendre malheureux. Car il est évident qu’un homme ne peut reprocher à une femme d’être belle, sauf s’il est misogyne ou intégriste musulman, un élève ne peut reproché à son professeur d’être plus intelligent que lui, sauf dans les banlieues sensibles, un non croyant ne peut reprocher à un croyant de l’être si celui-ci le tais.

 

Il y aurait donc selon moi deux types de métaux. Les métaux aliénables, superflu, dont l’on peu se séparer ne serais-ce que l’espace d’une tenue maç. : je les appellerai les métaux légers. On peut mettre dans cette catégorie ceux qui nous rendent inégaux, à savoir l’argent, les honneurs, les quartiers de noblesse, les fonctions d’état, la force physique. Les métaux inaliénables intrinsèques, essentiels, sont plus difficiles à ôter, ils peuvent tout du moins se dissimuler. Ce sont, selon cette arbitraire nomenclature les métaux lourd, par exemple, le besoin, l’avarice, l’ambition, l’opportunisme et la folie. Certains attributs de la personne ne devrai pas être considérés comme métaux dès lors qu’ils ne sont pas utiliser pour rendre l’autre inégale, étranger ou aliéné, j’ai nommé l’intelligence, la beauté, la jeunesse, la religion, le dogme, la loi, le symbole, la communauté, la famille et la nationalité. Mais il existe des métaux qui sont trop lourd ou trop aimantés pour être quitté et qui gène, voir devraient empêcher l’entrée dans le T.: comme l’ignorance, l’autosuffisance, la xénophobie, l’intolérance.

 

Au regard de tous ces métaux quels sont les métaux que je dois laisser à la porte du T.:, quels sont ceux que je dois dissimuler une fois rentrer et quels sont ceux qui devrai me faire faire demi tour plutôt que d’entrer ?

 

J’D

 

Publié dans Symboles

Commenter cet article